Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : lescontes-machines.over-blog.com
  • lescontes-machines.over-blog.com
  • : Des histoires avec le désert, le ronflement des vieux V8, la caresse fraiche d'un corps de femme
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

Liens

Top articles

  • NAISSANCE D'UN CONTEUR

    13 août 2010 ( #La caresse du vent de sable )

    Je suis née sur les sables entre un jour hurlant son soleil et la nuit glacial, je suis née un matin dans l’indifférence hautaine des chameaux et les tentes pouilleuses de ma tribut. Je suis née dans la misère et la joie. Je suis née là-bas entre la magie...

  • Irise

    15 août 2010 ( #conte court )

    L'homme titubait dans les sables blancs. Messager, il allait délivrer un appel, une promesse. Sur son corps sec comme un fouet des lambeaux d'acier faisaient jouer le soleil qui buvait sa vie, cruel. Il était messager et en brûlant sa vie il devenait...

  • Music un soir d'été

    15 août 2010 ( #conte court )

    L'homme frappait sur son tambour, Ses mains noires comme l'ébène allais et venais sur un rythme cassé, saccadé. L'instrument posé entre ses cuisses musclées semblait un prolongement de son membre gonflé. L'homme frappait sur son tambour, Dans le ciel,...

  • L'ange

    15 août 2010 ( #conte court )

    Les dernières rafales mirent du temps à se taire. Il restait seul, sur la plaine une brume fumante annoncée un matin mort sur une planète morte. Sur ces capteurs il vit s'inscrire ses pensées. « Putain, c'est pas possible. » il était le dernier debout,...

  • le son de la harley

    02 septembre 2010 ( #La caresse du vent de sable )

    Leurs becanes étaient sur les bequilles. Deux belles machines, des engins de concourt profiler comme le vent, carrosser comme une diablesse. Ils se detendaient en rigolant, une bierre à la main, aprés avoir fait le plein dans cette station perdut au milieux...

  • Le mot

    29 novembre 2010 ( #conte court )

    Le sable en vent furieux sur mon visage, Des millions de lames qui me tranche etme rappe la peau. J'avance, un pas après l'autre